Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

01/02/2009

PATIEMMENT

Je t'ai attendu silencieusement

Loin des paillettes alentour

Tu m'as attendue patiemment

Recherchant des signes d'amour

Pas de cinéma entre nous

Mais une évidence peu à peu

Une chaleur vive entre nous

Notre amour n'était pas un jeu

Il s'est construit lentement

Je t'ai attendu patiemment

Le doute frappant à ma porte

Avant que le vent ne l'emporte.

(05.10.08)

18/01/2009

SOUS NOTRE TOIT

Sous notre toit

Toi et moi

Avons déposé nos valises

Nous n'irons pas à Venise

Nous ferons des heures grises

Des instants aux mille couleurs

Comme celles du bonheur

Sous notre toit

Toi et moi

C'est bien mieux qu'à Venise

Où quelquefois il pleut

Dans les yeux des amoureux.

(22.09.08)

06/12/2008

LUNE ORANGE

Ne me demandez pas de l'oublier

Sa peau et la mienne sont soeurs

Elles s'attirent, se connaissent par coeur

Nos regards ne peuvent le nier

Tous deux enfants de la lune

Nos pages se tournent une à une

Un jour nous rejoindrons la poussière

D'une lune orange et claire.

(04.12.08)

lune 2.jpg

DANS TES YEUX

Dans tes yeux se dévoile

Ce que ton coeur exprime

Dans tes yeux je vois

Tout l'or des étoiles

Au fond de l'immensité

De mystérieux abîmes

Dans tes yeux je vois

Un ciel tourmenté de fin d'été

Dans tes yeux je vois

Le bleu de la mer apaisante

Ou ses vagues changeantes

Dans tes yeux je vois

Les sillons de ton champ

Où je sème à tout vent.

(08.08.08)

yeux 2.jpg

24/10/2008

SUR LA ROUTE

Sur l'autoroute la voiture roulait

La route nue devant nous défilait

Notre voyage comme du papier à musique

Etait réglé. Les étapes poétiques

Comme la couleur orange du temps

Me séduisaient et m'enveloppaient

Seul un léger souffle du vent

Par-dessus la fenêtre me rafraîchissait

Nous n'avions que nous deux à penser

Quelques rares voitures nous doublaient

Tu étais prudent, tu aimais

Ces longs voyages qui te berçaient.

(29.05.08)

autoroute.jpg

11/09/2008

UN AIR DE RIEN

Je n'ai pas eu à discuter

Ni à marchander

Ni à me mettre à genoux

Pour qu'il me dévoile sa tendresse

Sa tendresse qu'il cachait si bien

Sous son corps de vaut rien

Désirant que rien n'apparaisse

Sous un air de rien

Il cachait si bien

Un trésor de tendresse

Bien que rien n'apparaisse

Je ne me suis pas mise à genoux

Pour qu'il se fasse aussi doux

Le temps passe

Sans que je me lasse

De sa tendresse

De ses caresses.

(Ce poème se trouve dans mon 2 ème recueil de poésies intitulé LES MOTS APRES LES AUTRES)

23/06/2008

JE N'AI PAS OUBLIE

Je n'ai pas oublié

Le parfum du printemps

Ni celui de ta peau

Je n'ai pas oublié

Les herbes se balançant

Sous le soleil si chaud

Je n'ai pas oublié

Le souffle de tes mots

Sur ma peau caressant

Mes pensées à cet instant

Ni nos corps si chauds

Je n'ai pas oublié

C'était déjà l'été

Je te voulais tout entier

Je n'ai pas oublié

Tes yeux couleur de nuit

Tu es arrivé sans bruit

C'était déja l'été.

(17.02.08)

insectes.jpg

18/06/2008

PRENDRE SON COEUR

Prendre son coeur

C'est comme prendre une citadelle

Avec comme seule arme les poings

Prendre son coeur

C'est perdre son temps ; même le ciel

Contre son indifférence ne peut rien

Le miroir de ses yeux est vide d'amour

Il résiste à tous les discours.

(03.02.08)

Mosquée tunisie.jpg

10/06/2008

L'ATTENTE

Comme l'attente est mortelle

Les pensées, obsédantes

La négation, pénétrante.

Jusqu'à perdre mes ailes

Je marchais dans la peur

Recherchant la moindre lueur

Ce sont les dernières heures

Ne me restent que mes pleurs.

(10.06.08)

ESTONIE AMOUREUX.jpg

30/05/2008

LA MER D'ETRETAT

2038994333.jpgLe regarder vivre et chanter

Dormir, parler et danser

Pour ne rien bousculer

Et pouvoir encore le regarder

Je vous le dis en secret

Je sais où le trouver

Et s'il vient à me manquer

Je n'ai plus qu'à prier

Pour que Dieu me console

Et fasse quelque chose

Il est tout au fond de moi

Je le garde pour moi

Et l'éclat de ses yeux

Est comme la mer d'Etretat

Je lui parle tout bas

Je ne désire pas mieux

Et c'est le destin

Qui m'a mis sur son chemin

(mars 2006)