Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27/02/2010

JE CHANTE, JE PLEURE

Je chante dans tous les vents

Mais j'ai perdu tant d'amis

Je joue pour le printemps

Mais mon coeur est gris

Et la guitare blonde m'attend

Car je sais ce que je vis

Les rayons du soleil levant

Chassent ce qui est écrit

Je t'ai perdu, cher François

Maintenant tu reposes sous terre

Ce n'est pas la première fois

Que mon coeur pleure et se serre.

(13.04.09)

nuages-noirs.jpg

14/02/2010

SUR NOUS DEUX

J'ai l'impression d'avoir tout dit sur nous deux.

Quand je t'ai rencontré, tu portais une veste marron.

Je ne t'ai pas remarqué plus qu'un autre, non.

Je n'avais pas fait de voeux,

J'aurais pu passer à côté de toi

Comme je passais à côté des autres.

Mais j'ai découvert peu à peu que tu vivais

Dans le même univers que le mien.

C'est à partir de ce moment là que

Tout est devenu magique et durable. 

imagesCAHGQQJI.jpg

 

31/01/2010

J'AIME

J'aime la douceur du soleil du printemps

Quand le paysage morose s'attendrit et verdit

Et que les oiseaux viennent se joindre à lui

Faisant entendre ici ou là leur doux chant.

(04.04.09)

printemps.jpg

24/01/2010

CHANGER LE MONDE

Si le poème ne change pas directement le monde il maintient vivant, chez celui qui parle comme chez celui qui écoute, le désir de le changer.

(Marguerite BONNET - André BRETON - 1975)

13/01/2010

LAISSER RIRE LE VENT

Debout elle regardait tristement

La pluie tomber lentement

Elle se tenait d'un côté

Celui qu'elle voulait éviter

Voyait les nuages s'épaissir

Elle poussa alors un soupir

Déjà elle baissait les yeux

Elle cherchait dans le creux

De l'océan de ses pensées

Un vertige pour la bercer

Relever la tête et rentrer

Surtout ne pas chavirer

Laisser rire le vent violent

Elle le fit sur le champ

Evoquant sa vie tendrement

Elle s'habilla chaudement

Reprit le cours de l'histoire

S'enferma dans son boudoir.

(28.03.09)

vent.jpg

12/12/2009

AUTOUR DE HUIT HEURES

Autour de huit heures s'ouvrent les fenêtres

Défilent les filles brunes ou blondes

Sur les routes en forme de rondes

Les voitures engouffrent les kilomètres

Autour de huit heures je voudrais t'appeler

Je pense à ma longue journée

Sera-t-elle grise ou ensoleillée ?

Autour de huit heures les trains entrent en gare

Le soleil brille les voitures démarrent

Les fenêtres s'ouvrent les portes claquent

Et s'emballe mon rythme cardiaque.

horloge.jpg

(14 03 09)

29/11/2009

MAMAN

81 printemps, je les fête avec toi

Maman qui m'a tant appris

Même si tu es loin de moi

Tu as ouvert des portes dans ma vie

Je pense à tous tes combats utiles

Ou à ceux parfaitement inutiles

Que tu as menés dans ton coeur

Accompagnés souvent de pleurs

Tu as connu la guerre, ses privations,

Avec ton père tant de séparations

Mais tu as toujours tenu la barre

De notre bateau avec courage

Si je n'entends plus ta guitare

Tu continues à tourner les pages

De ton petit livre blanc

Et ensemble nous ajoutons un an.

(17.01.09)

SAUVERGARDE IMAGES SEPT 2009 083.jpg

26/09/2009

COMME UNE ORANGE

Sa bouche juteuse comme une orange

Et sa peau douce comme du lin

M'attirent un peu plus vers l'étrange

Comme pour mieux calmer ma faim.

(06.01.09)

orange.gif

20/09/2009

JEAN DE SPONDE (1557-1595)

Vous languissez, mes vers ; les glaçons de l'absence

Eteignant vos fureurs au point de leur naissance,

Vous n'entre battez plus de soupirs votre flanc,

Vos artères d'esprit, ni vos veines de sang.

En quoi ! La mort vous tient ? Et ce front teint en cendre

Vous marque les tombeaux où vous allez descendre ?

Si vous pouviez encore revoir dedans les cieux

Ce feu que s'est caché des pointes de vos yeux,

Vous vivriez, dites-vous, mais la clarté ravie

Ravit en même temps l'éclair de votre vie.

UN FEU.jpg

07/09/2009

QU'EST-CE QUE MA POESIE ?

Pardon si c'est banal, mais qu'est-ce que ma poésie ?

Mes vers sont sous l'empire de la réalité.

Voilà pourquoi - peut être - ils vous indigneront....

De la réalité le poète s'amuse mais sa Muse ... ne lui demande pas de toujours magnifier l'existence.

Mes vers pourront décevoir... comme peut décevoir la vie, au fond !

Arthur RIMBAUD

Menton LE PORT.jpg