Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

07/02/2009

MALLARME écrit ...

Le 5 décembre 1865, MALLARME écrit à CAZALIS :

"Ah ! ce poème, je veux qu'il sorte, joyau magnifique, du sanctuaire de ma pensée, ou je mourrai sur ses débris ! N'ayant que les nuits à moi, je les passe à en rêver à l'avance tous les mots".

Ecrire un poème, c'est pour MALLARME amener au jour l'impuissance ; ou c'est concevoir sans cesser d'être vierge, comme visité par le bleu du ciel et par lui seul. C'est mettre à nu un songe, plutôt qu'un corps mortel. Si travail il y a il consiste moins en un accouchement véritable qu'en ce que VALERY appellera plus tard le "travail du travail" c'est à dire un engendrement qui se retourne lui-même et qui fait du poème un objet intransitif valant en définitive par la conscience, la connaissance de soi à laquelle il fait accéder celui qui l'écrit.

www.maulpoix.net/Mallarme.html

31/01/2009

Le poète, devenu l'homme...

Le poète devenu l'homme

Qu'il ne pouvait pas être

Vend au rabais

Une vérité sans loi.

(Anise KOLTZ)

14/01/2009

UN TRAVAIL SUR LES MOTS

La poésie est un travail sur les mots qui peut s'inscrire dans des codes précis (contraintes strictes de construction apparues dès le Moyen Age). Cependant, au cours des siècles, les poètes ont appris à s'émanciper de ces codes pour acquérir une véritable liberté.

08/01/2009

CE QUE DOIT ËTRE UN POEME

Un poème doit être une fête de l'Intellect,

Il ne peut être autre chose.

(Paul Valéry)

livre.jpg

06/12/2008

DANS TES YEUX

Dans tes yeux se dévoile

Ce que ton coeur exprime

Dans tes yeux je vois

Tout l'or des étoiles

Au fond de l'immensité

De mystérieux abîmes

Dans tes yeux je vois

Un ciel tourmenté de fin d'été

Dans tes yeux je vois

Le bleu de la mer apaisante

Ou ses vagues changeantes

Dans tes yeux je vois

Les sillons de ton champ

Où je sème à tout vent.

(08.08.08)

yeux 2.jpg

15/11/2008

L'ATTENTE

Comme l'attente est mortelle

Les pensées obsédantes

La négation pénétrante

Jusqu'à perdre mes ailes

Je marchais dans la peur

Recherchant la moindre lueur

Ce sont les dernières heures

Ne me restent que mes pleurs.

(10.06.08)

ailes.jpg

08/11/2008

SACHEZ QUE...

Sachez que la poésie se trouve partout où n'est pas le sourire stupidement railleur, de l'homme, à la figure de canard.

(Lautréamont)

physalis.jpg